Bouchon lyonnais
cuisine des gones




CUISINE LYON

BOUCHON

RECETTES LYONNAISE





module http://www.3w-traduction.com/
«Lyon,capitale mondiale de la gastronomie.»


Le critique gastronomique Maurice Edmond Sailland,alias CURNONSKY agrandir l'image
,qui chaque hiver venait passer plusieurs semaines à Lyon,
avait déclaré en 1934 depuis le restaurant Vettard,«Lyon capitale mondiale de la gastronomie».


La phrase de Léon Daudet est restée célèbre en cité lyonnaise : il y a trois fleuves qui coulent à Lyon :

le Rhône, la Saône et le Beaujolais...

Avant sa diffusion nationale (et internationale), le Beaujolais était avant tout un vin de comptoir,
que l´on servait généreusement dans les bouchons lyonnais.

Depuis 2002 plus rien sur le label ?

1997 creation du label.
Derniere atribution Janvier 2002 « Authentiques Bouchons Lyonnais » a accepté en son sein trois nouveaux bouchons :
Le Mitonné,   Chez Abel.    et Les Trois Maries (qui ne l'ai plus aujourd'hui)


Certains bouchons ont changés de propriétaire mais ont gardés le label qui n'est plus attribué.
Authentique Bouchon Lyonnais
donc soyez vigilant.

Nous vous invitons donc à faire votre propre définition des « Authentiques Bouchons Lyonnais »…voir article sur la page Commentaires
_________________________________________________

"Authentique Bouchon Lyonnais"


   


le critique gastronomique Pierre Grison fait renaître les Authentiques Bouchons Lyonnais.
2012

LES 20 NOUVEAUX « AUTHENTIQUE BOUCHONS LYONNAIS »



C’est le nom de la mention certifiant la qualité de vrai Bouchon Lyonnais qui a été lancée par l’Association de Défense des Bouchons Lyonnais en 1997.
d’une charte d’authenticité.
Qualité des produits, vérité de l’assiette, vin servi en pot, chaleur de l’ambiance...
Cette mention assure le client qu’il va manger des produits typiquement lyonnais arrosé
d’un verre de bon vin de Beaujolais et de Côtes du Rhône.

Ce n’est pas un hasard si Lyon offre toujours un grand choix d’abats dans ses restaurants.
Lyon est une ville d’épicuriens, une cité du savoir-manger.


La cuisine lyonnaise est connue pour sa tradition gastronomique. Les chefs sont célèbres.

"Mâchon Lyonnais"


EXPRESSIONS LYONNAISES      mâchonner: Banqueter, faire un mâchon. On est allé mâchonner hier chez la mère Cottivet, quel régal !

Le mot mâchon qui dérive du verbe “mâcher” désigne un en-cas consistant,a servir le matin entre neuf et dix heures du matin
les canuts.
Le mâchon Lyonnais est un casse-croûte matinal et copieux et d'un pot de Beaujolais.
qui a fait dire qu'à Lyon,"le café au lait commençait au jambonneau".
Aujourd’hui, aux environs des entreprises où les ouvriers commencent à travailler très tôt, on trouve encore des bistrots qui servent à manger en milieu de matinée.
Mais même sans la cohorte autrefois en rangs serrés de ces inconditionnels du gras-double et de l'andouillette tirée à la ficelle.
les bouchons ne sont pas près de sauter.Le mâchon rompait à l'origine le dur travail des canuts.

LE MÂCHON DES FILLES est la première Consoeurie Gourmande
(voir page Commentaires)

" bouchon "

Une table sans chichis à laquelle François Rabelais festoierait de bon cœur avec son slogan : « Tout pour la tripe ».

Les bouchons étaient les vrais temples de la cuisine lyonnaise mais aussi... du pot de Beaujolais.

Le mot vient du fait qu'autrefois pendant que les clients mangeaient, on " bouchonnait " leurs chevaux! (on les frottait avec un bouchon de paille).
Ridicule,en tout cas dénué de fondement.
Mais les bêtises ont la vie dure
Heureusement nos bouchons aussi il n’en est rien.
Ce nom viendrait en fait de l’habitude qu’avaient autrefois les cabaretiers, de signaler leur établissement par une botte de rameaux ou de branchages,
accrochée à leur porte. « Bousche » dans le langage lyonnais désigne d’ailleurs un faisceau de branchage.

Source: http://amisdeguignol.free.fr/
Cabaret, restaurant simple avec un bistrot. Les bouchons étaient les vrais temples de la cuisine lyonnaise mais aussi... du pot de Beaujolais.
D'une métonymie liée la branche de pin accrochée à la porte des cabarets.


"Le pot lyonnais"


et sa « fillette » de 29 cl
gones

Le pot lyonnais est largement répandue.
Il est en verre avec un cul très épais. Il contient 46 cl.
Dans les bouchons, on étrangle le goulot des pots avec des élastiques de couleurs pour différencier
le
beaujolais de celui du côte du rhône.


Le pot lyonnais : et un verre pour le patron !
A Lyon et dans la région, vous verrez encore les patrons de bistrots vous servir le Beaujolais dans
un
« Pot lyonnais ».
Cette bouteille a une origine lointaine, probablement 15ème-16ème siècle, à l’époque où
le vin était tiré directement du tonneau dans les cruchons. Le pot contenait alors près de deux litres.
Au cours des années, et vraisemblablement avec l’augmentation du prix du vin,
la contenance allait en se réduisant pour arriver à la bouteille de verre à fond très épais.
Son fond, de 4 cm d'épaisseur lui vaut le surnom de “gros cul“.et lui donne une bonne stabilité sur la table.

L'histoire veut que les Canuts (soyeux) avaient droit à 50 cl de vin payé par les patrons. Ces derniers pour les exploiter
ont réduit le pot à 46 cl.Cette contenance a l’avantage de permettre de remplir avec 1 litre de vin, deux pots, plus le verre du patron.

-----------------------

La tradition lyonnaise voulait aussi que les quadrettes qui s’affrontaient au jeu de boule à la lyonnaise,
buvaient généralement douze pots dans une partie : le tenancier du jeu de boules offrait alors gratuitement
le 13 ème pot.


sur le SITE LE MEILLEUR DES RECETTES DES GONES & FENOTTES

la sélection des MEILLEURS BOUCHONS DE LYON


“Lyon, capitale de la gastronomie” gones

Et comme disait la mère Cottivet : « En descendant, montez donc voir le petit comme il est grand !!!»
Mais tout l'monde peuvent pas êt'de Lyon, y'en faut ben d'un peu partout.


Le Beaujolais Nouveau
arrive! Le troisième jeudi du mois de novembre, minuit sonnant
Entre une fenotte et un bon mâchon, n'hésite pas, gone, n'hésite pas.

--------------------------

EXPRESSIONS LYONNAISES ...Source: http://amisdeguignol.free.fr/


Machon " petit casse-croûte ". fenotte " Femme ". C'est bon, à s'en licher les babouines " Lèvres". coquelle "Cocotte en fonte." Se licher les cinq doigts et le pouce. "se régaler"

Manger à s'en faire peter la basane, manger à satiété. Elle nous a fait une bourdifaille à n'en faire peter la basane (peau du ventre)!
Après ce bon mâchon, je suis tout benaise (satisfait), la basane m'en pète (peau du ventre)!
Dimanche, on va se faire un petit revolon* dans un bouchon de bord de Saône ! *(Petit repas de fête ou de fin de travaux).
Boire, surtout du vin. Alors, le matin nous à la Croix Rousse, on va relicher quoi ? I aura plus de blanc casse ? Oh, ben vrai ! (Père Craquelin).
Lècher. Tiens ! mon pouce à touché la confiture ! si je le lichais ? (Vachet).
Se licher les cinq doigts et le pouce, se régaler.

Elle nous avait fait quelques grattons, quelques paquets de couânes...
ensuite un bon saucisson avec des pommes vapeur, vous savez quèque chose de bon ! Oh ! A s'en licher les cinq doigts et l'pouce ! (Père Craquelin).

traboule.


Allée qui traverse un pâté de maisons d'une rue à une autre rue. A Lyon, nous avons nos célèbres traboules qui participent au côté mystérieux de la cité.
Qu'est ce qu'i a comme traboules ! Oh ! Et toutes ces bouteilles, mais c'est pas Dieu poss ! Jamais i pourront tout y licher les jeunes ! (Père Craquelin).

La vogue.


Née en 1896, elle fait partie du patrimoine croix-roussien comme son marché et ses traboules.
Fête patronale, fête foraine. Ce dimanche, on a bien rigolé avé tous les gones du quartier, à la vogue.

Yonnais.

Les Lyonnais. C'est un Yonnais, un gone de la croix-Rousse.







    Partenaires      Copyright ©   2007 -